top of page
  • Sophie

Train de Vie: Majuscules et Réflexions

Hello la Tribu,


Je vous partage ce petit texte que j'ai rédigé ce matin, dans le train...


Jeudi matin, début d’une (trop) longue journée qui m’attend.

Je suis dans le train face à trois jeunes filles qui ne doivent pas avoir plus de 20 ans.


Morceaux choisis de leurs échanges animés:


A : « Erika elle a le seum avec un S majuscule. »

B: « Ah ouais, legit. »

C: « Mais Alexia elle va faire sa victime avec un V majuscule quoi! »

A: « Clairement, c’est gênant mec! »

B: « Puis, elle a rien d’autre à faire à 40 ans? »

C: « Elle a 40 ans? »

A: « Non, 27 mais c’est pareil. »


Réflexions:

Les majuscules reviennent en force (avec un F majuscule).

Devrais-je appeler mes copines « mec » (si vous me lisez, manifestez-vous)?

Mais surtout, si 27 c’est pareil que 40, est ce que 40 c’est pareil que 27?


Je laisse ça là…


Et je me replonge mentalement vers mes 27 ans…

2010: l’année de notre mariage (pour l’anecdote, je rêve de renouveler mes vœux depuis le lendemain du mariage…) mais aussi l’année où nous avons décidé que nous allions essayer d’avoir un enfant.


Quand on y pense, sans cet élément, je ne serai pas devenue une Desperate Mama et n’aurai pas accouché de ce blog 13 ans plus tard.

C’est marrant les choix. Enfin, marrant, vous voyez ce que je veux dire…


Vous avez déjà eu cette interrogation, le fameux « qu’est ce qui ce serait passé si… »

Si je n’avais pas accepté ce job, été à cette soirée, si j’avais osé dire non, si j’avais pris la voiture au lieu du train, etc.


Est ce que certaines choses sont écrites? Est ce que je devais être la maman de Babou et Numérobis?

C’est une question que je me pose beaucoup ces derniers temps.

Suis-je la « bonne » maman pour eux?


Ne vous méprenez pas, je pense que je suis une bonne mère, globalement on va dire.


Je ne suis pas en lice pour le titre de maman de l’année mais je suis une bonne mère, avec ses qualités et ses défauts, ses trucs qu’elle gère et ses trucs qu’elle foire mais globalement je suis une bonne mère (et le fait que je me questionne autant est plutôt bon signe je pense).

Mais suis-je la maman qui leur convient? Qui est équipée pour les accompagner dans la vie, tels qu’ils sont, avec leurs personnalités et leurs particularités?


Après, cette question n’a pas vraiment lieu d’être vu que, de toute façon, on est coincés.

Eux avec moi et moi avec eux.


Mais quand même, au fond de mes pensées, je réalise (encore une fois) que la parentalité est une aventure en perpétuelle évolution.


Alors que je m’interroge sur le rôle que je joue dans la vie de Babou et Numérobis, je me rappelle que chaque choix, chaque moment partagé, contribue à sculpter leur histoire et la mienne.


Et si je ne peux prédire l’avenir, je sais que mon amour pour eux est une constante, une boussole qui guide mes actions et mes décisions. Peut-être que je ne suis pas parfaite, mais qui l’est vraiment dans ce voyage chaotique appelé la vie?


Alors, je laisse ces questions flotter, consciente que la réponse est peut-être moins importante que le chemin que nous parcourons ensemble. La parentalité, c’est naviguer à vue, composer avec l’inconnu, et espérer que, quelque part entre les rires et les défis, mes enfants sentiront qu’ils ont une maman qui les aime inconditionnellement.


Et, assise dans ce train, entre les éclats de rire des jeunes filles et mes propres réflexions, je souris.

Car, même avec toutes les incertitudes, être leur maman demeure l’aventure la plus précieuse de ma vie (avec un A majuscule).


Joli Jeudi la Tribu (mais avec le temps que j'ai pris à publier ce post, je peux presque vous dire Joli Vendredi aussi)!


Desperate Mama en devenir depuis 2010!


21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page